A la découverte des talents ignorés
William Van Cutsem | Nuages récents et d'antan


Affiche
Affichette d'exposition
Nuages ou éclaircies ?
Voiles ou dévoilement?
Philtres d'amour ou de lucidités ?

Visions qui s'éteignent ou celles qui s'ouvrent?
Où se trouve celui qui peint?
A la naissance ou à la mort?

Il a gratté la pellicule, il creuse l'ombre jusqu'à la lumière, la lumière jusqu'à l'ombre. Galeries de taupes? Les taupes viennent voir et ne voient rien. . . Trous d'air dans les nuages ou nuages en formation?

Et si ce n'était pas des nuages? ces tissus légers trop nonchalands, éperduement tendres, ces nuages effilochés. Les trajets de William ne sont pas tendres, le tissage est précis, nerveux, tendu. . . pas de courses rêveuses au fil du vent mais griffage continu contre une pierre qui ne s'ouvre pas.

Mais la quête laisse des traces, des dépôts, comme des larmes qui se condensent. La demande se précise ici et là. . . N'y a-t-il que l'écho qui répond?
La demande se fait réponse, se fait pays, paysage et voyage, se fait galerie, terrier pour le lapin lumière.

Le mur s'est-il ouvert ?
Le mur n'existe plus.
Qu'il soit visage ou rivage, il s'est envolé, estompé dans les fils invisibles, le visage dérive emporté par le filet

. . . William pécheur

pêcheur patient et muet, ses filets nous ramènent l'ombre des choses devenues, la lumière des formes inconnues, il nous ramène tous les possibles.

Que désirez-vous?
Il n'est pas seul à être triste, il n'est pas triste à être seul. Mais il voudrait le partager.

Chaque chose ramenée en surface nous fait plonger sur l'invisible profondeur de la pyramide inversée. Le mur s'est fait vitre vivante. Nous nous croyons encore en surface alors que déjà nous nageons dans les fils de l'invisible formation des choses.

Est-ce un visage qui émerge, un chien, une femme à la dérive. . . la forme se propose, se défait à volonté, se refait. . . qu'importe le choix, elle ne fait que passer, subsiste l'immense réseau de filaments prêt à enfanter ce qu'on est prêt à voir, à recevoir.

C'est la proposition et non l'affirmation.
C'est ouvert aux voyants

Le 9 novembre 1988
Dominique VERSTRAETE
Exposition Nuages à la KUN-ART Galerie
Novembre/décembre 1988


Rien dans les mains, rien dans les poches. Tout dans la barbe!

William van Cutsem, faune funambulesque, prophète d'une picturale magie, s'identifie volontiers à Puck, ce lutin issu des légendes nordiques, pour gambader avec Shakespeare, cet autre William, dans Le songe d'une nuit d'été.

Sans doute est-ce cet espiègle qui lui guide la main lorsqu'il gratouille de mille petits traits, avec un plaisir évident, ses rêveries intimes, ce qui leur donne un aspect de glaçure craquelée d'un charme inédit visiblement venu d'ailleurs.

Et hop! l'oeuvre terminée, le lutin parti, réapparait William van Cutsem. Rien dans les mains, rien dans les poches. Tout dans la barbe! Un sourire parfois, une pipe souvent. Considérant hommes, bêtes et gens avec la sereine philosophie d'un marabout désabusé venant de pondre un oeuf inexplicable, et promenant d'une allure désinvolte, sa carcasse efflanquée de grand scarificateur.
J. Stéphane van Berchem
le 15 septembre 1988


Peinture - Attitude

La loi de l'oeil dépassé par ses sens

Pinceau bercera, encore. . .
dans les délices .de tes secrets
où il sera un seul
pour contempler avec tant d'émotions
une oeuvre spontanée.

La peinture doit aller à l'essentiel
exprimer de manière intensive
souvent grotesque la force et la vie
dans une forme.

Clémentine & Arthuro 90


Puck's clouds

Deux nuages nouveaux un petit, puis un grand ont survolé le Crépuscule Orange du 16 février au 7 mars 1990. Nous ne croyons pas qu'ils se soient déchaînés en tempête du siècle cette dernière nuit de février, non, ces nuages sont venus d'un monde magique et mystérieux, celui de Puck. Ils nous ont emmenés gentiment pour admirer leur magnifique ballet intitulé nuages récents et d'antan. En une ascension secrète, nous avons découvert la féerie des mille un un traits composant des personnages voilés et curieux issus de la sensibilité de l'artiste et de sa perfection d'expression.
<<> INFO, 1990, 1, (4), page 2

Biographie:

Atelier: Rue de Perck, 44 - 1630 LlNKEBEEK - Tél. 02/380.61.76 du 16 février au 7 mars 1990 au Crépuscule Orauge - Dorpstraat, 7 - 1640 SGR.

Né à Etterbeek en 1944, élève de Marcel WARRAND (peinture) et de Stan HENSEN (sculpture) à l'Institut Supérieur Saint-Luc de Saint-Gilles (1960-1966). Chargé de cours de pose à l'lnsritut Saint-Luc depuis 1966. Professeur dans diverses écoles. Mention du jury du prix de Peinture de la Commune d'Uccle (1965). Nombreuses oeuvres présentes dans les collections publiques (Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Royale Albert 1er, Ministère de l'Education Nationale et de la Culture Française, Musée de Dimona Israël,...) et privées. Articles de presse dans: La Gazette d'Anvers (août 1965), Peau de Serpent (novembre 1967), Het Laatste Nieuws (novembre 1967), l'Avenir (octobre 1968), Vers l'Avenir (février 1972).
Nombreuses expositions individuelles et collectives.

<<> INFO, 1990, 1, (3), page 3

Bibliographie:

ART bruxelles et environs - attraits périphériques .
La Galerie Le Crépuscule Orange de Sint-Genesius-Rode poursuit sa jeune carrière en présentant, du 17 février au 7 mars, les "Nuages récents et d'antant" de l'artiste peintre William van Cutsem.
AAA, Bruxelles, 1990, ní 204, page 61

Et hors ville ?
Le Crépuscule Orange à Rhode-St-Genèse (rue du Village 7) accueille William Van Cutsem (1944). On peut le classer parmi les semeurs de signes tant son dessin est ténu, tissé d'intentions et finalement trè lumineux. La présente exposition glorifie des "nuages récents et d'antan", tout un programme qui va du gentil cumulus au champignon d'Hiroshima.
Anita Nardon - AAKN no 15, 15 fév. - 15 mars 1990


Accueil | Livre d'or